Tolbiac Juillet – la fenêtre de Dieu

Noté 5.00 sur 5 basé sur 1 notation client
(1 avis client)

20,00 

Catalogue : Littérature

Auteur : Cédric Blondelot
Né en Seine-et-Marne l’année de la création du Loto, du premier vol commercial du Concorde ou encore de la finale des Verts à Glasgow, Cédric Blondelot a longtemps calculé avant d’écrire. D’abord ingénieur en chimie de l’atmosphère, il est aujourd’hui scénariste pour la télévision et le cinéma. Tolbiac Juillet est son premier roman.

Description

À Chicago, une femme meurt dans l’incendie de son appartement. Deux ans plus tard, le 31 juillet 1979, rue de Tolbiac, en plein Paris, un nouveau-né est abandonné dans un kiosque à journaux. Alors qu’il défèque sur Le Monde et pisse sur L’Humanité, un couple le trouve, l’adopte et le nomme Tolbiac Juillet. Adulte, Tolbiac devient magicien doublé
d’un pickpocket de génie. La vie de cet énergumène au cuir tendre aurait pu se dérouler paisiblement, mais voilà qu’il se fait aspirer… par la cuvette des toilettes ! Oui, aspiré. Quant à savoir quelle brûlante vérité l’attend de l’autre côté…

Informations complémentaires

Auteur

Cédric Blondelot

1 avis pour Tolbiac Juillet – la fenêtre de Dieu

  1. Note 5 sur 5

    Mel

    La fenêtre de Dieu est un super roman. J’ai adoré tout du long. J’ai un peu galéré quand j’étais fatiguée après mes longues journées devant mes classes de 4èmes à 30 élèves, car le style et la tournure des phrases sont parfois ambigus, si originaux mais ponctués d’humour (que j’adore certes).

    J’ai relu certains passages trop alambiqués, genre on se met soudain dans l’esprit d’une vache en quête de liberté, je me suis demandé plusieurs fois où l’auteur voulait en venir 🙄

    Il faut attendre une cinquantaine de pages avant de rencontrer le personnage principal nommé Tolbiac Juillet et ce n’est que quand il passe par la cuvette que l’on est, nous aussi, totalement happé par son histoire, ses origines. On adorait déjà Tolbiac dans sa première vie, on l’aime dans sa seconde peau et à la fin on ne peut plus s’en passer. Non, je ne vous en dirais pas plus!

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer le menu
Fermer le panneau